Intervention devant 25 entrepreneurs

Intervention hier devant 25 entrepreneurs et dirigeants pour la CCI Hauts de Seine à Clichy sur “Comment bien s’entendre avec son associé”. Sujet essentiel pour la pérennité des entreprises et insuffisamment traité. Input Coach accompagne les dirigeants à la fois sur les mesures de prévention à mettre en oeuvre au quotidien pour préserver la relation et sur la résolution des tensions susceptibles d’apparaître. Auditoire et échange de qualité. Merci Julia Maigne, Eric Teissedre.

Que reste t-il de nos post-it ? pour les collaborateurs.

Que reste t-il de nos post-it ? pour les collaborateurs.

Au cours d’un process d’innovation, les participants collaborateurs vivent une expérience différente de ce qu’ils connaissent dans leur quotidien professionnel. Ils ont été, tout au long de ce process, stimulés sur des soft skills, ont reçu des apports liés à la créativité, curiosité, mode de réflexion différent orientée emphatique client, au travail d’équipe transversale renforcé, analyse de proposition de valeurs, obligation de faire des choix, création de plan d’actions.

Et pourtant, une fois la porte des hackathons et autres challenges refermée, que restent-ils de nos post-it, de cette expérience vécue par les salariés ? Que fait-on pour ancrer tout ou partie de cet apprentissage ? Rien.

 (Je ne traite pas ici de l’avenir des idées de produit, service ou process qui ont pu émaner des phases d’idéation, mais bien de l’impact sur les collaborateurs.)

La partie aval de l’innovation auprès des collaborateurs n’est pas traitée alors mêmes qu’ils viennent de vivre une phase enthousiasmante de leur travail, ce qui, vous l’avouerez, n’est pas si fréquent.

Besoins

Quels intérêts de tenter de travailler l’aval ? Un suivi des enseignements acquis semble pertinent pour répondre à cinq besoins :

A.  Ne pas créer chez les personnes, au terme de l’aventure, un effet « déprime », déceptif ou frustrant. Le retour au BAU est brutal et le sentiment qu’il ne s’agissait, au fond, que d’une agréable parenthèse sans suite, prend rapidement le dessus.

B.  Tenter d’ancrer le plus possible dans les habitudes de travail, les soft skills touchés (modes de pensée et les techniques de créativité vues ou, au moins, approchées lors du programme) et participer ainsi activement au changement dans la durée. Il est important de ne pas prendre le risque de perdre en ligne ces acquis et donc participer ainsi activement au changement dans la durée des postures, bases de la transformation des entreprises.

C. Aider les Directions à décrypter les faiblesses de leur organisation. En effet, quoi de mieux qu’un process inno pour mettre en lumière les difficultés pour certains à remplir un BMC, les peurs des autres à prendre la parole en public, les erreurs dans l’art de constituer des équipes projets performantes ?

D.   Renforcer la Direction Générale en marquant sa volonté de s’engager dans des programmes longs en lui proposant un accompagnement, un suivi sur la durée, limitant ainsi le risque d’effet « one shot ». Cela optimise l’investissement porté sur le programme innovation en l’utilisant pour accompagner la transformation.

E.  Recréer de l’envie pour les collaborateurs à continuer dans une démarche innovation en rendant cette dernière naturelle et totalement intégrée au fonctionnement quotidien.

Ressorts

Comment faire ? Deux phases importantes sont à mettre en œuvre pour adresser cette étape cruciale :

–      Organiser un pilotage bicéphale RH-Inno pour que les relais sur le développement des compétences, la mise en place de formation, l’instauration de KPI de suivi soient effectifs. Les RH ont un rôle puissant dans les process d’innovation, qui n’est à ce jour, pas assez pris en compte. L’innovation comme levier de développement des collaborateurs et outils de mobilisation doit devenir une préoccupation quotidienne des Directions RH. C’est une condition de succès.

–      La mise en place d’accompagnement individuel et d’équipe de type coaching, de phases de retour d’expérience, analyse des impacts cognitifs, nouveaux équipements de travail…de nombreux outils peuvent être lancés pour capter une partie de cette expérience.

Valorisons l’apport humain que porte l’innovation, sachons contribuer au développement de chacun pour la progression de tous. 

L’innovation, levier RH

L'innovation, levier RH

Utilisés comme sources d’idées nouvelles pour de la création de business ou la conception de nouvelle offre produit-service, les ateliers de créativité en innovation constituent aussi (et finalement peut-être surtout ?) un levier RH puissant, en particulier dans sa forme longue (versus hackaton) type challenge sur x mois incluant une multiplicité d’ateliers. Petit tour de piste (non exhaustif) du bonheur d’innover.

–       Un message interne fort : les idées et la richesse sont en vous.

Et si la valorisation des collaborateurs devenait une bonne idée de management. Et plutôt que de long discours, leur adresser le message que la créativité et la proposition de valeur client est à trouver en interne plutôt qu’auprès de consultants. C’est simple mais finalement assez peu utilisé : commençons par chercher auprès de vous tous, amis collègues,  les innovations qui permettront, peut-être, de faire faire un bon à l’entreprise.

–       Des étincelles dans les yeux, moteur de l’engagement.

Intérêt majeur d’une telle démarche, les collaborateurs qui y participent vivent un moment de grande stimulation, créatif et porteur d’une adhésion (retrouvée ?) à l’entreprise et à la stratégie. Il considère participer au plus près à la définition de ce que sera l’avenir tout en donnant une part d’eux-mêmes rarement sollicitée. Etincelles dans les yeux, sourires, humeur joyeuse : tous les animateurs d’ateliers le disent, un certain bien être se ressent en fin de workshop. Nul doute que les enquêtes de satisfaction employeur et le niveau d’engagement vont s’en trouver améliorés.

–       Une étincelle sur la mobilité

Les challenges et ateliers permettent de révéler des capacités de création, souvent ignorées par le collaborateur lui-même. La structure même de ses workshops basée sur la transversalité, au-delà du seul aspect créatif, donne l’opportunité de confronter ses avis, de découvrir les mécanismes de pensées, les contraintes ou opportunités d’autres directions métier. Autant de rencontres, de prise de contact et de prise de conscience de ses capacités qui peuvent être déclencheurs d’envie de changement et de découverte. Y participer est déjà un acte volantaire de repousser sa zone de confort, premier pas sur le chemin de la mobilité.

–       De l’interne à l’externe

Si la démarche d’innovation, d’intelligence collective, trouve un vrai intérêt interne en particulier pour valoriser une image dynamique permettant de conserver ses talents, elle constitue un levier évident de valorisation de la marque à l’externe, d’intérêt pour de nouveaux talents à recruter, pour des jeunes en quête de structures faisant preuve d’agilité et mettant en œuvre des process favorisant le développement personnel.

–       Prise de conscience de points d’amélioration

La participation à ce type d’atelier permet aux collaborateurs de prendre conscience, de manière opérationnelle, de points sur lesquels ils doivent s’améliorer. Typiquement, l’art de la constitution d’une équipe transversale efficace pour mener à bien un projet se révèle, à ces occasions, être une compétence mal partagée. De même, il est souvent constaté que les équipes participantes éprouvent de grandes difficultés pour concevoir et nourrir un business modèle sous forme de canevas type 9 blocs.

Ces ateliers sont donc révélateurs de ces manques. Ils deviennent donc source de programme de formation ou, à tout le moins, de sensibilisation.

Levier incontestable d’une politique RH tournée vers le développement personnel des collaborateurs, les ateliers d’innovation se doivent d’être le plus ouvert possible. Loin d’être réservé à une élite au risque de devenir confiscatoire, le processus d’innovation doit être pensé pour favoriser sa pollinisation au sein de l’entreprise.